Une nouvelle ère pour la recherche publique au Luxembourg_

En vue de permettre au Grand-Duché de Luxembourg de se positionner parmi les nations faisant preuve d’un niveau élevé d’engagement envers la promotion de la recherche, du développement et de l’innovation (RDI) sur le plan national et européen, c’est avec beaucoup d’enthousiasme et d’optimisme que le CRP Henri Tudor et le CRP Gabriel Lippmann annoncent aujourd’hui leur décision d’unir leurs forces. Conformément au projet de loi à venir sur les centres de recherche publics et dans le cadre des nouvelles propositions de loi relatives à l’Université du Luxembourg et du Fonds National de la Recherche Luxembourg, les deux centres de recherche publics ont partagé leur vision sur l’organisation future de l’environnement de la recherche, du développement et de l’innovation au Luxembourg. Cette vision, qui entraîne un regroupement stratégique des organismes de recherche luxembourgeois, est le fruit d’un effort commun initié par les deux centres, le CRP Henri Tudor et le CRP Gabriel Lippmann, et bénéficie du soutien du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR).
Le 10 avril 2012, les Conseils d’administration des deux CRP ont signé un mémorandum en relation avec ce concept, après une période de plusieurs mois de planification et d’échanges.
Parallèlement, la vision se traduira par une initiative permettant la fédération progressive des instituts nationaux de recherche publique et la fusion de leurs compétences en un seul centre de compétence interdisciplinaire public visant à favoriser la RDI au Luxembourg.
La recommandation du CRP Henri Tudor et CRP Gabriel Lippmann va dans le sens d’une structuration du futur environnement de la RDI publique selon deux pôles, où l’Université du Luxembourg, occupant l’un des deux pôles, aura dans ses attributions la création de nouveaux
savoirs scientifiques, la recherche fondamentale et l’enseignement académique. Son pendant, le «New CRP», le second pôle, concentrera ses efforts sur la recherche appliquée et orientée et le transfert des résultats en vue de satisfaire aux exigences des acteurs socio-économiques, selon
le modèle des organisations européennes pour la recherche et la technologie (RTO). Dès lors, le «New CRP» fondera ses compétences sur les activités actuelles des deux centres, à savoir, la science, les technologies et l’analyse des matériaux avancés; les technologies environnementales, les sciences et la gestion durable des ressources naturelles; les technologies de soins de santé ; les sciences de service et l’innovation dans les services; les technologies de l’information et de communication ainsi que l’organisation des entreprises.
Le premier pas vers une fédération progressive de tous les centres de recherche publics sera la fusion du CRP Henri Tudor et du CRP Gabriel Lippmann. Elle constituera la base future d’un “New CRP” et emploiera au départ plus de 700 scientifiques, ingénieurs de recherche et spécialistes en innovation hautement qualifiés. Les départements de la recherche des deux CRP seront regroupés, 2018, à la Cité des Sciences à Belval, à l’instar de l’Université du Luxembourg.
Le contexte actuel exige des efforts conjoints pour mener à bien la réalisation des objectifs de la stratégie « Europe 2020 ». C’est pourquoi les CRP Henri Tudor et Gabriel Lippmann ont décidé de prendre l’initiative de proposer un plan structuré permettant de relever et de surmonter l’ensemble des défis à venir. Un tel projet n’est vraiment réalisable que dans la mesure où tous les instituts de recherche publics concernés au Luxembourg font front commun. Du fait qu’au
Luxembourg, l’environnement de la recherche, du développement et de l’innovation est encore relativement jeune, ce regroupement intervient à un moment optimal, conjuguant les ressources, les efforts et l’engagement de tous les acteurs concernés afin de faire une réelle différence dans la configuration du paysage de l’innovation de demain.
Ces 25 dernières années, un grand nombre de développements au sein de la recherche publique ont été réalisés et l’initiative présentée aujourd’hui permettra d’accélérer la vitesse de ces changements. Grâce à la restructuration de l’environnement luxembourgeois de la
recherche, du développement et de l’innovation, des efforts beaucoup plus ciblés pourront être entrepris en vue d’obtenir les meilleurs résultats possibles tant pour les partenaires privés et publics que pour ceux issus du domaine de la recherche. Il en ressortira un environnement public luxembourgeois présentant un secteur RDI sensiblement plus pointu, se caractérisant par des efforts concertés.
La nouvelle proposition de loi sur les CRP qui sera présentée à la Chambre des Députés dans les mois à venir, comprend la vision du CRP Henri Tudor et du CRP Gabriel Lippmann. Bien qu’il faille encore l’approbation formelle du Parlement, c’est avec une grande confiance que l’initiative est présentée aujourd’hui. Le CRP Gabriel Lippmann et le CRP Henri Tudor ont décidé d’impliquer toutes les parties prenantes, allant du chercheur individuel à d’importants consortiums de projets européens, pour veiller à ce que l’avenir permette l’épanouissement de la recherche fondamentale et appliquée, le développement et l’innovation au Luxembourg, dans une interaction harmonieuse entre les acteurs, le pouvoir législatif, la gouvernance, le financement et les cadres existants.

Le CRP Henri Tudor en bref
Le Centre de Recherche Public Henri Tudor doit son nom à l’ingénieur Henri Owen Tudor (1859-1928), connu pour avoir développé l’accumulateur au plomb utilisable industriellement. Le centre a été créé par la loi de 1987, définissant les conditions-cadres pour la recherche publique au Luxembourg.
Acteur de référence de la recherche et de l’innovation au Luxembourg, le Centre de Recherche Public Henri Tudor mobilise ses compétences en technologies des matériaux avancés, de l’environnement, de la santé, de l’information et de la communication, ainsi qu’en organisation et gestion des entreprises pour répondre aux besoins identifiés du marché et de la société.
La combinaison de ces compétences et de la motivation de plus de 450 collaborateurs permet au centre de poursuivre sa triple mission en tant qu’organisation européenne de la recherche et de la technologie (RTO): contribuer à la reconnaissance internationale de la communauté scientifique du Luxembourg, renforcer la capacité d’innovation des organisations et entreprises et prêter un soutien aux politiques nationales.
Le centre regroupe les départements suivants : « Science Service & Innovation » (SSI), « Advanced Materials & Structures » (AMS), le Centre de Ressources des Technologies de l’Environnement (CRTE), le Centre de Ressources pour les Technologies de la Santé (SANTEC), le Centre de
Ressources des Technologies et de Innovation dans le Bâtiment (CRTI-B), SITec ® « Knowledge Transfer & Training Centre », le Centre de Veille Technologique (CVT) et l’incubateur d’entreprises high-tech Technoport ®.
Pour ses programmes d’innovation, le CRP Henri Tudor cible les marchés identifiés comme étant d’une importance capitale pour le Grand-Duché de Luxembourg: l’industrie manufacturière, la construction, l’écotechnologie, la mobilité, le transport et la logistique, la santé, les services publics, la finance et le capital humain.
Pour plus d’informations, prière de consulter le site: www.tudor.lu

Le CRP Lippmann en bref
Le CRP Gabriel Lippmann a été créé en juillet 1987 par règlement grand-ducal. Il porte le nom d’un scientifique de renommée internationale né au Luxembourg, le professeur Gabriel Lippmann (1845-1921), qui obtint le prix Nobel de physique en 1908.
Le centre a pour mission de mener des activités de recherche scientifique orientée par les besoins et intérêts d’acteurs socio-économiques publics ou privés. Il réalise des travaux de recherche fondamentale et appliquée contribuant ainsi aux travaux de la communauté
scientifique internationale et alimentant la réflexion de la société civile face aux nouveaux défis sociétaux.
Le centre fournit un support aux actions d’innovation des entreprises et participe activement à la création de nouvelles activités économiques, notamment par le développement d’un portefeuille de propriété intellectuelle à fort potentiel de valorisation. Le CRP Gabriel Lippmann vise ainsi à conjuguer excellence scientifique et finalité socio-économique dans ses domaines de compétences en privilégiant une approche pluri- et interdisciplinaire.
Actuellement, 250 personnes travaillent au centre qui regroupe trois départements de recherche (EVA, SAM and ISC) actifs dans les domaines scientifiques suivants :
• sciences, gestion et technologies de l’environnement,
• agro-biotechnologies et bio-industries,
• science et analyse des matériaux,
• sciences de l’informatique et des systèmes d’information.
Pour plus d’informations, prière de consulter le site www.lippmann.lu

Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailby feather