Un monde en couleurs_

Parce qu’elles sont omniprésentes dans un univers contemporain conditionné par l’image, parce qu’elles peuvent éclairer, éblouir, insuffler chaleur ou froideur, les couleurs impactent directement et fortement notre environnement. Les propriétés des couleurs se déroulent à l’infini, du camouflage des animaux aux talents des créateurs de mode en passant par les artistes peintres ou les photographes : chacun peut et sait jouer des couleurs.

Mais d’où viennent les couleurs, ou tout du moins la perception que nous en avons lorsque nous apprécions une belle photographie ou un paysage ? Ces couleurs sont-elles toujours les mêmes ? Existe-t-il différents types de couleurs ? Comment sont créées les couleurs ? La couleur relève-t-elle de la chimie ou de la physique ?

Gabriel Lippmann a réussi en 1891 l’exploit de reproduire par la photographie les tonalités et les teintes des couleurs grâce à un procédé révolutionnaire basé sur le phénomène d’interférence, dont les résonances se retrouvent aujourd’hui dans les technologies les plus modernes. Fabriquées à partir de nanotechnologies au temps où ce mot n’existait pas, ces photographies ont conservé une vivacité et un éclat étonnants. Elles reflètent la vie et la culture de leur époque et relèvent d’une approche scientifique élégante et complexe. En quoi consiste cette démarche ? Quelles en sont les applications aujourd’hui ?

L’exposition « Un monde en couleurs » propose, à partir du procédé précurseur de Gabriel Lippmann, de répondre à toutes ces questions et de partir à la découverte des couleurs et d’une approche scientifique étonnamment contemporaine.

Cette exposition relie couleurs et nanotechnologies en combinant des aspects culturels, scientifiques, techniques et esthétiques. Son parcours se construit sur deux axes parallèles, couleurs « pigmentaires » et couleurs « structurelles », qui parfois s’opposent et parfois se conjuguent en guidant le visiteur vers la naissance des couleurs.

Présentée à l’initiative du Centre de Recherche Public – Gabriel Lippmann et de l’Université du Luxembourg, avec le soutien du Fonds National de la Recherche et du Centre Culturel de l’Abbaye de Neumunster, l’exposition a été montée pour la première fois en juin 2009 au Palais de la Découverte à Paris (F).

  • Ouverture de 11 à 18 heures
  • Visite guidée les dimanches à 15 heures
  • Visite guidée pour groupe sur demande à communication@lippmann.lu
  • Ouvert durant de Science Festival

Entrée gratuite
Visite guidée les dimanches à 15 heures
Visite guidée pour groupe sur demande à communication@lippmann.lu

Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailby feather