programmation architecturale au service du projet de construction_

Dans un souci de garantir le meilleur retour sur investissement de son projet de construction, une majorité des Maîtres d’Ouvrage (MO) impose, sans volonté de nuire aux architectes, des changements tardifs. C’est à la lecture des premiers plans que le MO découvre un moyen d’améliorer son activité, de réduire ses coûts d’exploitation, de maintenance ou bien même encore un problème important qui va gêner le fonctionnement de son organisation.

Ces découvertes tardives, lorsqu’elles ont lieu, sont liées au fait que la demande originale (programme) du MO ne mentionne pas certaines exigences pertinentes au regard des objectifs de l’opération ; exigences qui n’ont pas été identifiées ou qui ont été écartés pour laisser la place à d’autres exigences moins importantes.

Soucieux de satisfaire pleinement leur MO, les architectes (MOE) répondent à ces changements tardifs impliquant une quantité importante de retravaille et une relation conflictuelle impactant significativement la performance du projet et la qualité finale du bâtiment.

Dans la plupart des cas, ces problèmes ne sont pas liés à la mauvaise volonté ou au manque de compétence mais au fait que l’étape de programmation est plus complexe que ce qu’il n’y parait. Il ne suffit pas de demander aux clients ce dont ils ont besoin mais il est important d’avoir une démarche structurée. Démarche qui doit amener le client à se poser les bonnes questions qui lui permettront d’identifier les exigences les plus pertinentes et de fournir un programme plus complet et plus robuste à la maîtrise d’oeuvre.

Même lorsque l’architecte, conscient de ce problème, prend du temps en début de projet pour aider le client à améliorer sa formulation de la demande, plusieurs difficultés apparaissent :

• La maîtrise d’ouvrage a des difficultés à répondre aux questions de l’architecte sur ses besoins. Ceci souvent de part le manque d’études préalables qui permettent de mieux comprendre l’origine, la justification et l’importance de certains besoins,

• L’architecte se retrouve dans la nécessité de poser le problème en même temps qu’il essaye de le résoudre, ce qui ne donne souvent pas les meilleurs résultats,

Le processus de programmation n’est pas le même que le processus de conception ; une démarche appropriée est nécessaire mais souvent méconnue.

Le manque de robustesse et de pertinence du programme de construction est donc parfois fortement lié au manque de connaissance des moyens ou méthodes qui peuvent permettre de faciliter la réalisation de cette étape.

C’est dans ce contexte que le Centre Henri Tudor, en s’associant à M. Vanneyrre architecte et programmiste de grande expérience, offre une alternative destinée aux MO et MOE en proposant une aide à la maîtrise d’ouvrage, une démarche programmatique qui traverse le processus de production du bâti, qui quantifie et qualifie la commande et permet d’avoir une vision globale et synthétique des problèmes posés…..lire la suite

Journée 1

Place de la programmation dans le processus maîtrise d’ouvrage/ maîtrise d’oeuvre

La démarche programmatique traverse et soutient l’ensemble du processus amenant à la réalisation du cadre bâti. Elle part de la commande pour aboutir à l’occupation des locaux en passant par plusieurs étapes. Le programme n’est pas figé et s’adapte aux différentes phases de la démarche, tout en conservant les objectifs majeurs.

• présentation du processus et de ses différentes étapes en partant de la commande jusqu’à l’occupation des locaux qui sera développé

• le métier de programmiste et ses compétences.

Les études préalables pré-opérationnelles

La qualité de la réponse du maître d’ouvrage confronté à des choix dépend de sa capacité à mener des études préalables, pré opérationnel qui s’appuient sur un diagnostic et des scénarios. Ce sont les éléments théoriques, techniques et pratiques, nécessaires à l’élaboration des études préalables pré opérationnelles qui seront introduis.

• analyser la situation du maître d’ouvrage, et mettre en évidence les problèmes à l’origine des études préalables

• choisir les objectifs, vérifier l’opportunité de l’opération, rechercher les scénarios et hypothèses possibles,

• localiser le ou les équipements, et en étudier la faisabilité

• produire un document d’orientation fondateur des choix et des décisions, et les moyens d’actions appropriées

• mettre en évidence les avantages et inconvénients des possibilités, afin de permettre un choix judicieux et d’engager la démarche d’élaboration d’un préprogramme

Démarches et éléments nécessaires pour aborder le pré programme

Il sera abordé en fin de première journée les différents moyens à mettre en oeuvre pour initier le pré programme (entretiens maître d’ouvrage, utilisateurs, partenaires, visites, questionnaires, ..).

Journée 2

Développement du préprogramme et du programme opérationnel

Deux niveaux différents et complémentaires du processus seront abordés

_le préprogramme comme document de travail aboutissement des premières investigations

_le programme opérationnel, document complet et approfondi qui développe le pré programme et qui sera donné aux architectes pour la conception du projet

o le sommaire (son rôle)

o l’introduction et la problématique (les problèmes posés)

o les données sur l’existant / le contexte

o la définition des objectifs généraux

o l’image qualitative du projet

o typologie / hiérarchie / sommaire des surfaces et des activités

o les schémas de fonctionnement

o les performances requises

o une approche sur les coûts

_le dossier d’appel à candidatures (rédaction et contenu)

_la commission technique (rôles et missions)

_les critères de jugement (adéquation au programme)

Programme détaillé

Informations pratiques
Session: 10-11/06/2013 (9:00-17:30)
Durée: 2 jours
Lieu: CRP Henri Tudor – Luxembourg Kirchberg
Prix: 865 euros HTVA
Intervenant:
• Serge Vanneyrre, Architecte DPLG, urbaniste DIUP, programmiste

INSCRIPTION – Cliquez ici !

 

Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailby feather