Livre Terres rouges_

Tandis que le premier fascicule de Terres rouges – Histoire de la sidérurgie luxembourgeoise était essentiellement focalisé sur le Grand-Duché, les deux articles de fond du second volume placent l’industrie lourde nationale dans son contexte européen.

La remise en marche de la production après la Deuxième Guerre mondiale présuppose en effet une collaboration accrue entre les États. Celle-ci permet au Luxembourgeois Tony Rollman, un agent de la Columeta promu directeur du département de l’acier de la United Nations Economic Commission for Europe, puis de la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier (CECA), de jouer un rôle clé dans la réorganisation de la métallurgie continentale. C’est du moins ce que suggère la contribution de Josef Brandt en insinuant que Rollman a peut-être influencé la genèse du Plan Schuman beaucoup plus qu’on ne le supposerait.

Non moins surprenantes sont les révélations de Charles Barthel au sujet du naufrage fait par la Haute Autorité du Marché commun, lorsque la chute des prix de l’acier au cours des années 1960 confronte la sidérurgie à une grave crise qui préfigure à bien des égards le désastre subi une décennie plus tard. Hélas, paralysé par des querelles intestines et privé du soutien des gouvernements, l’organe suprême du Plan Schuman s’avère impuissant. Les barons du fer profitent de son éclipse pour créer un super-cartel régulateur des prix, de la production d’acier brut et des livraisons de produits finis. Leur «CECA fantôme» ne résiste cependant pas aux intérêts souvent divergents des différents groupements sidérurgiques européens.

Dans le cadre des efforts de valorisation des archives industrielles, Corinne Schroeder et Michel Kohl présentent une série de courts extraits des témoignages recueillis auprès d’anciens ouvriers métallurgistes, d’employés, des cadre d’usines, de dirigeants d’entreprises …, sans oublier la première femme-ingénieur recrutée par l’Arbed, qui, tous, racontent leurs débuts de carrière dans la sidérurgie. Quitte à confirmer certains clichés, les interviews lèvent le voile sur un tas d’aspects moins connus, comme l’ambiance très spéciale qui a dû régner dans les étages de direction des sociétés métallurgiques, les démêlés entre jeunes et anciens ou entre travailleurs luxembourgeois et italiens, belges ou allemands.

Gilles Regener présente finalement en annexe le plus récent inventaire confectionné par les Archives Nationales de Luxembourg: le fonds des anciens plans, cartes et dessins hérités de l’Arbed.

ISBN 978-99959-635-3-8
38€

En vente dans toutes les librairies.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailby feather