Lieux et non-lieux, l’avenir de l’architecture_

Paolo Portoghesi obtient son diplôme à la Faculté d’Architecture de l’Université de Rome en 1957, l’année suivante, il obtient un diplôme d’histoire de l’art. Sans jamais cesser de lire, voyager, écrire, faire des projets, écouter de la musique et enseigner, il veut démontrer que Gustav Mahler avait raison quand il affirmait “la tradition ne consiste pas à préserver la cendre, elle consiste à transmettre le feu !”.

Sa carrière académique débute en 1962 en tant qu’enseignant de littérature italienne à la Faculté d’Architecture de Valle Giulia, à Rome. En 1968, il devient doyen de la faculté d’Architecture au Polytechnique de Milan. Ses recherches abordent des sujets historiques et théoriques majeurs, et notamment, le rapport entre l’architecture et la nature. En 1975, il est de retour à Rome où il enseigne encore aujourd’hui à l’Université la Sapienza, une discipline qu’il a lui-même créée : la géo-architecture, destinée à convaincre les architectes de respecter la nature et de pratiquer une “décroissance heureuse”.

Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont la plupart font référence, avec, entre autres, une monographie sur l’architecture de Michel-Ange (avec Bruno Zevi), “Borromini, Architettura come linguaggio”, “Roma Baroque”, “Après l’Architecture Moderne”…

Il inaugure en 1980 la section Architecture de la Biennale de Venise avec la “Via Novissima”, une rue virtuelle par la suite transférée à Paris et San Francisco. Paolo Portoghesi dirige en 1980 et 1982 la Biennale avant d’en être le Président, entre 1984 et 1993.

Ses projets sont visibles dans toute l’Italie : de la grande mosquée de Rome au théâtre de Catanzaro, du parc urbain de Albano à la Place de Poggioreale, du Quartier Latin de Trévise à la tour de la Città della Speranza, à Padoue, aux églises de Salerne, de Terni, de Vicenza, de Calcata, de Castellana. Hors des frontières italiennes, il a réalisé le Palais Royal du roi Hussein de Jordanie, la Tour du Souffle à Shanghai, le quartier touristique “Mar Azul” en Argentine, la grande Mosquée de Strasbourg, une unité résidentielle à Berlin, une place à Pirmasens et un centre culturel à Khartoum.

La conférence sera donnée en italien (traduction simultanée en français) dans l’Auditorium du CarréRotondes, 1 rue de l’Aciérie, L-1112 Luxembourg, en face de la Fondation de l’Architecture. L’entrée est libre.

 

Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailby feather