Les maquettes et prototypes s’impriment_

Les maquettes et prototypes s’impriment

L’inauguration de l’exposition aura lieu le 25 septembre 2012 à l’issue d’une conférence que le professeur Aurélio Muttoni tiendra sur le sujet « L’Art des structures »

L’exposition pourra être visitée dans le foyer du Forum da Vinci jusqu’au 26 octobre 2012.

Depuis la naissance de leurs professions ingénieurs et architectes utilisent les maquettes et les prototypes pour visualiser leurs idées, pour les perfectionner et pour convaincre leurs clients. Seulement le temps de réalisation et le coût limitaient l’utilisation des maquettes. A ce niveau la technologie du 3DPrinting permet des économies considérables et impliquera désormais une utilisation plus généralisée des maquettes.

Un rêve est en train de se réaliser. Depuis l’arrivée du 3DPrinting et des autres technologies de Rapid Prototyping, non seulement nous dessinons en 3 dimensions, mais nous pouvons aussi produire un rendu réel de ce dessin en 3 dimensions. Nous pouvons tenir en main notre création et multiplier ainsi, par une plus grande activation de nos sens, les possibilités de l’optimiser. Nous pouvons la montrer à nos collaborateurs et à nos clients et ainsi améliorer la communication dans les processus de développement et de commercialisation.

Le procédé d’impression en 3 dimensions constitue une opportunité pour tout le monde qui crée, produit ou vend des objets, qui subissent un processus de création et de développement où la couleur et la forme jouent un rôle important. D’autre part il peut soutenir la commercialisation de tous les produits qui ne sont pas réalisés en grande série, ou bien qui sont trop grands, trop incommodes respectivement trop couteux pour en laisser des échantillons aux clients.

Les avantages de l’impression en 3D sont multiples :

• Economique ; hormis la création du modèle informatique il ne demande que peu d’intervention humaine.

• Rapide: temps de réalisation en heures et non plus en journées.

• Ecologique : le procédé est additif, c’est-à-dire ne consomme que autant de matière que nécessaire. Les matières en excès sont recyclées dans la machine.

• Idéal pour toute réalisation d’objets uniques ou objets de petite série.

• Propre : Objets en une pièce, c’est-à-dire sans joints d’assemblage.

• Les objets imprimés peuvent être en couleur ou monochrome.

• Les modèles deviennent plus transportables car avec la finesse des détails des échelles de réduction plus importantes sont possibles.

• Le procédé permet de remettre au client des modèles et échantillons hors du commun.

• Réaliser deux ou plus d’impressions d’une même maquette est facile et peu coûteux. Ceci permet ainsi aux commerciaux de laisser au client autre chose que du papier (qui disparait aussitôt dans un dossier). Même la production de cadeaux publicitaires de petite série est possible. Par exemple désormais la maquette d’une maison de rapport existera non seulement chez le promoteur, mais chez tous les agents de vente. Les agents pourront même en offrir aux clients intéressés.

• Le procédé permet de réaliser des formes impossibles ou trop difficiles jusqu’à maintenant, p.ex. formes courbes dans les deux sens, objets creux et texturés à l’intérieur, …

• Des textures (imprimées et/ou en relief) sont possibles.

• Le modèle 3D permet un contrôle rapide de votre concept et facilite de prendre des avis; le feed-back donné par le fait d’avoir un objet réel dans vos mains favorise ainsi votre créativité.

• En cas de changements sur un projet, au lieu de devoir transformer la maquette existante vous pouvez en laisser imprimer une nouvelle ; le prix des matériaux le permet.

• Il est possible de reproduire fidèlement des éléments captés par photogrammétrie ou par laserscan 3D (intéressant en archéologie et pour la reproduction de toutes sortes d’éléments existants).

Déjà les producteurs de logiciels de dessin en 3D, comme par exemple Autodesk, équipent leurs produits d’une fonction pour préparer le fichier informatique à une impression. Des avancées importantes verront le jour en ce qui concerne cette conversion des fichiers 3D en fichier prêt à être imprimé.

Le principe du copy-shop

Bien qu’il ne fait pas de doute que les procédés d’impression en 3D vont se généraliser assez vite dans les professions de l’ingénieur et de l’architecte, actuellement le prix des machines et le savoir faire à acquérir empêchent encore leur mise en place individuelle dans chaque entreprise. La solution à ce problème consiste dans le principe du copy-shop. Tout comme les copies et impressions de grand nombre, respectivement les impressions de grande qualité sont normalement déléguées à un prestataire externe ; un tel outsourcing sera pour la plupart des entreprises la meilleure solution pour accéder au 3DPrinting. Un service d’impression spécialisé comme 3dprint.lu peut assurer un bon amortissement des machines et le savoir faire nécessaire pour produire des maquettes de qualité. La vérification et adaptation des données 3D déjà existantes et, si besoin, la création des fichiers 3D font naturellement partie du service fourni.

Henri Colbach

Ingénieur diplômé RWTH Aachen

www.3DPrint.lu

 

Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailby feather