Georges Traus – architecte visionnaire_

L’œuvre que nous a laissé Georges Traus est aussi riche que diversifiée. Conférence par Dr. Robert L. Philippart.

Grâce à une formation atypique, liant les Beaux Arts à la Technique, sans les affronter dans une querelle académique, Georges Traus parvenait à manier avec habileté tant l’architecture industrielle (abattoir, manufacture Heintz van Landewijk, foires de Luxembourg) que commerciale (les magasins, les hôtels) que privée.

Cette formation fit de lui un architecte très moderne qui savait dissocier le décor de la fonction. Le recours permanent au béton armé, aux coffrages et ossatures métalliques lui permettait d’ « habiller » l’édifice d’un décor convenant au goût du client et respectueux des contraintes esthétiques imposées par le règlement des bâtisses et les conditions esthétiques définies par le Ministère de l’Intérieur. Son souci d’hygiène le porta à offrir une architecture saine, aérée, lumineuse, voire même spacieuse. Partageant la conviction traditionnelle que l’art est présent dans tout, et qu’une œuvre architecturale soit une œuvre d’art totale, Traus conçut ses immeubles jusque dans le moindre détail. Que ce fut pour la décoration intérieure de l’Hôtel Staar ou les salons d’Alexis Brasseur, les grilles et plantations de jardins, les lustres et lambris du Crédit Européen, Traus soumit aux artisans, qu’il sélectionna avec ses clients, des plans de décors étudiés jusque dans les moindres détails.

Traus se trouve à la charnière de l’art dans l’architecture en reprenant l’atelier d’architecture de Charles Mullendorff, spécialisé dans l’historicisme, pour s’associer à l’âge de 60 ans avec  l’architecte Michel Wolff, engagé sur la voie du Modernisme.

Loin de tout combat académique, il apportait ainsi tant de soin au style des Beaux Arts devant célébrer la réussite économique, qu’aux styles exotiques reflétant l’ouverture que l’industrialisation du monde donnait sur l’univers. Il ne fut pas moins maître habile de l’Art Nouveau, de l’Art Déco ou encore du Fonctionnalisme, synonymes de modernité et de recherche d’une réconciliation entre une architecture purement esthétique et un développement technique.

La conférence en langue française.

Entrée libre

INFOS & ORGANISATION
Revue Technique Luxembourgeoise
Sonja Reichert
T :26114642
revue@aliai.lu
www.robertphilippart.eu
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailby feather