Electronic Simple European Networked Services_

e-Sens ou « Electronic Simple European Networked Services » est un projet pilote à grande échelle qui regroupe 22 partenaires provenant de 20 pays européens. Co-financé par le programme-cadre pour la compétitivité et l’innovation (CIP) de la Commission européenne, le projet, officiellement lancé en août 2013 a d’ores et déjà débuté ses activités depuis le 1er avril dernier pour une durée de trois ans. Il se concentre sur le renforcement du marché unique numérique et sur le fait de faciliter les services publics par delà les frontières.

Au Luxembourg, le projet est coordonné par le CRP Henri Tudor qui coopère avec l’Agence eSanté, l’agence nationale de partage et d’échange des informations dans le domaine de la santé. La coopération avec d’autres partenaires, de type ministères et autres administrations publiques, est également attendue.

Plus précisément, le projet e-Sens va consolider et solidifier les travaux faits dans plusieurs précédents projets de recherche européens, tous de grande envergure et s’inscrivant dans des démarches destinées à rendre compatibles et à lier les différentes pratiques européennes entre pays. Parmi ceux-ci, on peut notamment retenir les projets SPOCS et STORK, dans lesquels le Luxembourg a également été impliqué, via le Centre de Technologies de l’Information de l’Etat (CTIE) en partenariat avec le CRP Henri Tudor, ou le projet epSOS mené au Luxembourg par l’Agence eSanté. Alors que dans SPOCS, finalisé il y a quelques mois, un système électronique dédié à simplifier les procédures administratives transfrontalières pour les entreprises a été élaboré, le projet STORK, toujours en cours, est destiné à faciliter l’adoption de la carte d’identité électronique dans toute l’Europe et le projet epSOS vise à faciliter l’échange électronique de résumé patient et de prescription électronique lorsqu’un patient nécessite des soins hors de son pays d’origine.

En consolidant les résultats de ces projets, e-Sens entend ainsi :

• développer une infrastructure commune pour l’interopérabilité des services publics ;

• permettre une interopérabilité plus grande entre les administrations publiques de toute l’Europe ;

• fournir les bases d’une plate-forme compilant des « services de base » pour l’infrastructure numérique de services transfrontaliers en ligne ;

• supporter la création d’un marché digital européen unique.

Puis, une fois tout cela mis en place, les partenaires ambitionnent de mettre sur le marché les solutions développées et de les étendre vers de nouveaux domaines.

Dans ce projet de grande envergure, les équipes de recherche du CRP Henri Tudor sont plus précisément mobilisées dans la mise en place d’un modèle durable et d’une structure de gouvernance pour la future plate-forme de services transfrontaliers, ainsi que la réalisation de services pilote dans le domaine de la santé et le suivi des tests en conditions réelles qui seront réalisés en partenariat avec l’Agence eSanté. Le Centre intervient également dans les tâches liées à l’infrastructure, la sémantique, la sécurité et l’interopérabilité du système à mettre en place au niveau européen. De plus, une conférence sur l’intégration européenne des services publics devrait être organisée au Luxembourg en 2014 ou 2015.

Quelle est l’importance de ce projet pour le Luxembourg?

Le Luxembourg de par l’internationalisation de son économie et aussi du fait que les frontières ne sont jamais loin, a besoin de simplifier et de digitaliser toutes ces procédures d’établissement, particulièrement dans leur aspect transfrontalier. Une démarche, entamée dans les projets SPOCS, STORK et epSOS, grâce à laquelle le Luxembourg renforce sa position parmi les acteurs clés en matière d’innovation dans le secteur public.

Avec e-Sens, le CRP Henri Tudor entend aller plus loin et ainsi renforcer l’implication du Luxembourg dans les initiatives d’interopérabilité européenne liées aux services publics transfrontaliers innovants.

Comment ce projet s’inscrit-il dans les activités de recherche du Centre ?

Le projet e-SENS s’inscrit dans le programme « Public Services » du CRP Henri Tudor. Ce programme d’innovation relève les principaux enjeux d’innovation du secteur public luxembourgeois. Les bénéficiaires directs de ce programme sont ainsi les administrations publiques – centrales et locales -, et, bien sûr, en fin de compte, le citoyen et les entreprises.

Dans ce programme, le CRP Henri Tudor s’est donné pour objectif de :

• supporter l’efficience du secteur public en développant avec lui de nouveaux services, eservices et e-infrastructures ;

• développer l’innovation dans le management public, qu’elle soit organisationnelle ou qu’elle repose sur le capital humain ;

• développer une expertise scientifique reconnue au nouveau international dans ce domaine ;

• augmenter la qualité et l’interopérabilité des services et e-services publics (usability, usercentricity & security), et ce sur base de standards internationaux ;

• supporter le Ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative dans son plan d’action en ligne avec la stratégie européenne

• supporter les acteurs publics dans leur démarche vers une stratégie numérique cohérente et intégrée au niveau de l’Europe.

Le programme ambitionne ainsi d’être un lieu d’ « innovation ouverte » (Open Innovation) mobilisant tous les acteurs du management public, mais aussi une référence scientifique reconnue au niveau européen et le pont vers les différentes initiatives européennes pour le Luxembourg.

Pour en savoir plus sur le projet e-Sens, n’hésitez pas à contacter Pascal Lhoas (pascal.lhoas@tudor.lu) ou à visiter le site Internet www.esens.eu

 

Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailby feather