Ecole maternelle_

Dans le quartier des Olympiades, la reconstruction de l’école maternelle prend les traits d’un jouet rutilant entre les tours et les barres avoisinantes. Elle participe ainsi à la revalorisation d’une opération d’urbanisme, témoin des années 60/70, dense, fonctionnelle et mixte. Dans ce quartier très vivant, la ville a engagé un projet de remembrement foncier et de requalification des espaces extérieurs. L’école, minuscule au milieu des tours, entend jouer son rôle dans ce contexte : valoriser l’image de l’équipement et résister à l’écrasante présence des immeubles voisins et l’omniprésence du béton.
Le jouet est sophistiqué : il a fallu remblayer une piscine, déménager un bowling, percer des planchers et ouvrir des baies, pour agrandir l’école dans l’épaisseur de la dalle et lui donner une entrée de plain pied. En somme une extension par creusement.

L’enveloppe du bâtiment répond à de nombreux objectifs environnementaux : protection visuelle, apport de lumière naturelle compte tenu des masques solaires, absence de pont thermique, ventilation naturelle et double flux l’hiver. Cette école est la première répondant au plan climat de la ville de Paris. Il en résulte une façade épaisse aux reliefs variés – bow-window, niches, fenêtres en creux – qui se retourne en toiture et intègre les puits de jour, les centrales de traitement d’air et les cheminées de ventilation. Ces diverses baies de couleur framboise tranchent avec les façades qui elles se dématérialisent : leur parement en aluminium irisé évolue du rose au vert en passant par le gris doré, en fonction des déplacements, du point de vue dont on se place, de la couleur du ciel et des reflets des bâtiments proches.

A l’intérieur de l’école, l’ambiance est douce et sereine; pas de couleurs, mais plutôt celle des matériaux, comme le bois des faux plafonds et celui des bow windows. Par son épaisseur, la façade procure le sentiment d’une grande protection et minimise le vis-à-vis avec les tours. Les enfants ont plaisir à s’approprier les micros-lieux générés par l’épaisseur de la façade : petits salons, fenêtres de lecture, dinettes, cachettes, etc.

MAÎTRISE D’OUVRAGE : VILLE DE PARIS
MAÎTRISE D’OEUVRE : EVA SAMUEL ARCHITECTE URBANISTE & ASSOCIÉS, S. ROMAIN
ARCHITECTE, S. DIRVARIU, F. LAHEURTE ASSISTANTS, FORGUE, ÉCONOMISTE, EVP,
STRUCTURE, BETHAC, FLUIDE, ARWYTEC, CUISINISTE, RFR ELEMENTS, HQE, AYDA,
ACOUSTIQUE
PROGRAMME : ECOLE MATERNELLE / 8 CLASSES, RESTAURATION SCOLAIRE,
RÉHABILITATION LOURDE
SURFACE : 2 400 M²
BUDGET : 8,5 ME
LIVRAISON : 2011
ENTREPRISE : EIFFAGE

www.evasamuel.fr

Infos de http://www.v2com.net

Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailby feather