BIOCIDES_

Le projet Biocides étudie la présence et la dynamique des biocides dans les eaux de surface (pesticides qui sont utilisés en dehors de l’agriculture, comme ceux présents par exemple dans les traitements pour protéger le bois ou encore dans les revêtements extérieurs muraux), qui sont connus pour être déversés dans l’environnement lors des événements pluvieux. Cela se produit notamment lors des débordements des réseaux d’assainissement unitaires (eau de pluie et eaux usées dans un seul canal) durant le transport vers la station d’épuration mais aussi dans le cas des réseaux séparés d’eaux pluviales lors de leur déversement dans les eaux de surface.

Vraisemblablement, la dégradation des biocides dans les stations d’épuration est seulement partielle, comme c’est le cas pour certains herbicides (y compris les substances prioritaires telles que le diuron ou l’isoproturon) ou également pour certaines substances pharmaceutiques.

Durant les campagnes de mesure menées dans le cadre du projet, un certain nombre de biocides sont prélevés et mesurés à l’aide des échantillonneurs automatiques qui sont installés dans la rivière, mais également dans le déversoir d’orage de la station d’épuration de Mamer. Ceci permet d’obtenir un échantillonnage en fonction des événements pluvieux pour une analyse de la dynamique de l’entrée des substances dans l’eau de surface pendant une crue.

Pour obtenir des informations sur l’entrée des biocides sur une plus longue période mais également en période d’étiage, des échantillonneurs passifs du type POCIS (Polar Organic Chemical Integrative Sampler), précédemment utilisés dans le cadre du projet M3 (www.life-m3.eu/) sont installés dans la rivière Mamer. Les biocides s’accumulent au cours de la période d’exposition dans les échantillonneurs passifs et peuvent être extraits et quantifiés au laboratoire par la suite. Ainsi, la concentration moyenne pour la période d’exposition peut être calculée. En combinaison avec les données des échantillonneurs automatiques des concentrations pendant les crues, la dynamique des biocides et la charge totale peuvent être calculées. En plus de la Mamer, les rivières del’Alzette et de la Chiers sont également équipées avec des échantillonneurs passifs de type POCIS afin de générer des données de comparaison concernant l’impact des biocides.

Le projet est financé par le Ministère d’Environnement et est réalisé avec le soutien de l’Administration de la Gestion de l’Eau. Pour plus d’informations, veuillez contacter michael.bayerle@tudor.lu.

www.tudor.lu

Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailby feather