bachelor en ingénierie_

Les diplômés du bachelor professionnel en ingénierie de l’Université du Luxembourg se distinguent par leurs excellentes compétences techniques. Ceci étant, les employeurs en attendent davantage concernant la maîtrise de langues étrangères ainsi que dans l’aptitude à pouvoir travailler en équipe et à gérer des projets. Le manque de proximité entre ce bachelor et le monde des entreprises a également été pointé du doigt. Ces observations constituent les principaux résultats de la première étude de l’employabilité qui a été menée par l’Université du Luxembourg en collaboration avec l’ «Institut Universitaire Internationale de Luxembourg (IUIL)» ainsi qu’avec l’aide de Deloitte Tax & Consulting et le soutien financier du Fonds Social Européen.

Cette étude s’est déroulée en deux étapes. Dans un premier temps, des entretiens ont été menés auprès de 107 étudiants diplômés en octobre 2010. Les résultats montrent qu’un tiers d’entre eux ont poursuivi leurs études. Quant à ceux s’étant directement lancés sur sur le marché du travail, 95% d’entre eux ont trouvé un emploi endéans les 6 mois – 60% étant parvenus à en décrocher un en moins de deux mois. De plus, près de deux tiers de ces jeunes employés (64%) ont obtenu un contrat à durée indéterminée.

L’étude s’est ensuite penchée sur l’avis de employeurs ayant recruté des bacheliers en ingénierie de l’Université du Luxembourg : 17 employeurs différents se sont exprimés lors de 40 entretiens individuels. Selon eux, les bacheliers se distinguent par leurs très bonnes compétences techniques, par leur approche pratique ainsi que par leurs bonnes connaissances orales de langues étrangères. La flexibilité du diplôme, qui permet une bonne intégration sur le marché du travail, a également été mise en avant. Ceci étant, les employeurs exigeraient davantage de stages et plus de compétences interdisciplinaires en gestion des finances et de projets. Ces jeunes ingénieurs devraient également avoir plus confiance en eux et montrer plus d’assurance lorsqu’il s’agit de rédiger des textes ou de travailler en équipe.

« Le but premier de cette formation fut de proposer une solide formation technique de base. Celui-ci est désormais atteint », explique Eric Tschirhart, vice-recteur académique de l’Université du Luxembourg. « L’université tiendra compte des remarques formulées par les employeurs et ajustera le programme de cette formation en conséquent. C’est là tant une volonté de l’université que des entreprises ». Ainsi les directeurs des études et la fédération d’entreprises multisectorielles (FEDIL) sont-ils en train de se pencher sur une bourse de stage et de travailler à encourager de manière intensive des compétences-clés interdisciplinaires.

Un projet pilote, dans le cadre duquel des étudiants du première semestre pourront voir leurs compétences linguistiques dans des langues étrangères évaluées, est également prévu. Suite à ce test, les étudiants recevront des recommandations personnalisées pour leur cursus. Par ailleurs, une campagne marketing, visant à promouvoir le « Bachelor professionnel en ingénierie » auprès des élèves et des entreprises, va être lancée.

Le « Bachelor professionnel en ingénierie » de la Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication est une formation de trois ans enseignée en allemand et en français. Elle propose plusieurs filières à savoir l’électrotechnique, la télécommunication, l’énergie et l’environnement, la gestion de chantiers en Europe, la mécanique générale, la mécatronique et le génie civil. Plus d’informations via site Internet, http://bpi.uni.lu ou par téléphone : (00352) 46 66 44 5816.

Contact pour médias: Pr Eric Tschirhart, vice-recteur académique, eric.tschirhart@uni.lu, Tel. + 352 46 66 44 6100

Communiqué par l’Université du Luxembourg

Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailby feather